APN : Le ministre des Finances présente le PLF 2021

112
Les députés appelés à respecter l'agenda
Les députés appelés à respecter l'agenda

Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a présenté mardi le projet de loi de finances pour l’exercice 2021 (PLF 2021) devant l’Assemblée populaire nationale (APN).

Selon le ministre, le PLF 2021 a été élaboré dans un contexte qu’on pourrait qualifier d’exceptionnel marqué par la conjonction de deux principaux facteurs, à savoir la récession économique mondiale et la crise sanitaire mondiale inédite.

En effet, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait s’établir à 4,0 % en 2021, après un recul de 4,6 %, suivant les estimations de clôture de l’exercice 2020.

Par ailleurs, et concernant la croissance hors hydrocarbures, elle devrait atteindre 2,4 % en 2021, 3,37 % en 2022 et 3,81 % en 2023.

En parallèle, les dépenses budgétaires totales prévues pour la même période, augmenteront pour passer de 7.372,7 mds de Da dans la LFC 2020, à 8.113,3 mds de Da en 2021 (+10%), ensuite à 8.605,5 mds de Da en 2022 (+ 6,07%), puis à 8.680,3 mds de Da en 2023 (+0,9%).

Ces prévisions portent sur le budget de fonctionnement qui devra connaître une hausse de 5,1% au cours de la période 2021-2023, pour atteindre 5.314,5 mds de Da en 2021 (11,8%), puis 5.358,9 mds de Da en 2022 (0,8%), ensuite 5.505,4 mds de Da en 2023 (+2,7%).

Quant aux dépenses d’équipement, elles s’élèveront à 2.798,5 mds de Da en 2021 (+ 6,8%), ensuite à 3.246,6 mds de Da en 2022 (+16,01 %), pour ensuite baisser à 3.174,9 mds de Da en 2023 (- 2,2 %), selon les chiffres présentés.

Le déficit budgétaire prévu pour l’année 2021 devra augmenter à 13,75 % du PIB, contre 10,4 % au titre de la LFC 2020.

Concernant l’inflation, le PLF 2021 prévoit « une légère accélération » en 2021 pour atteindre 4,5 %.