Alger : Une étude pour en finir avec les embouteillages

70
Alger suffoque au quotidien par les bouchons
Alger suffoque au quotidien par les bouchons

Une étude a été lancée afin de mettre en place un plan global pour décongestionner le trafic routier à Alger, à l’origine des souffrances quotidiennes des citoyens et des pertes
économiques.

Cette mesure est annoncée au terme de la réunion de coordination tenue entre le ministre des Travaux publics, Kamel Nasri, le ministre des Transports, Aissa Bekkaï et le wali d’Alger Youcef Chorfa, portant sur le problème d’embouteillage à Alger.

S’exprimant à la presse, M. Nasri a déclaré qu’il a été convenu d' »élaborer en urgence un cahier de charge avec l’association des experts des différents secteurs concernés, dont les travaux publics et les transports en vue de lancer une étude d’un plan global du trafic routier à Alger ».

Prévoyant la généralisation des feux tricolores, ce plan constituera « un modèle » à suivre dans les différentes wilayas du pays, à fait valoir le ministre.

Pour décongestionner le trafic routier à la capitale, le ministre a annoncé la relance de 16 projets de réalisation des routes, en suspens pour des raisons administratives.

Il s’agit essentiellement de la réalisation de routes pour accéder aux nouveaux pôles urbains.

En attendant l’exécution du plan en question, il a été décidé durant la réunion de prendre une série de solution urgentes, en l’occurrence l’interdiction de réaliser des travaux de routes durant la journée, l’interdiction pour les poids lourds de se déplacer sur les axes routiers durant la journée et le recours à l’utilisation des trains pour le transport de la marchandise de et vers le port d’Alger, a précisé M. Nasri.

De son côté, M. Bekkai a salué « le recours à la culture des plans intégrés », indiquant que son secteur prendrait, en coordination avec le secteur des Travaux publics et la wilaya d’Alger, toutes les mesures nécessaires et mobilisera tous les moyens pour fluidifier le trafic dans la capitale.

Intervenant à cette occasion, le wali d’Alger s’est félicité de la tenue de cette rencontre visant la mise en place du plan de désengorgement du trafic routier à Alger, où est enregistré « un manque de divers réseaux de transport public », indiquant que ce plan « ne saura être pratique sans le renforcement du réseau routier et des infrastructures du secteur ».

A noter que la réunion intervient dans le cadre des instructions du président de la République visant à améliorer le trafic routier au niveau de la capitale.