Ramadhan : plus de 500 tonnes de pain gaspillés en 12 jours au niveau national 

170
Plus de 500 tonnes de pain gaspillés depuis le début du ramadhan

Plus de 535 tonnes de pain (plus de 2,1 millions de baguettes) ont été gaspillées durant la période allant du 13 au 24 avril, à savoir 20 millions de Da, a révélé, ce lundi, le ministère du Commerce dans un communiqué.

« Dans le cadre de la campagne nationale d’éradication du phénomène de gaspillage du pain et en coordination avec les services du ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, le ministère du Commerce porte à la connaissance des citoyens, qu’il a été enregistré au niveau national, durant la période allant du 13 au 24 avril 2021 (12 premiers jours seulement du mois de Ramadhan), le gaspillage de 535 tonne de pain ». La même source précise que 2.139.884 baguettes, soit 45 tonnes/jour (178.323 baguettes) ont été gaspillées. Le ministère précise en outre que la valeur des quantités gaspillées s’élève à 20 millions de Da, soit plus de 1,5 million de Da par jour. Parmi les 58 wilayas, celle ayant enregistré un gaspillage important du pain, figure la wilaya de Blida (321.924 baguettes), suivie de Béchar (161.648 baguettes), Tlemcen (150.096 baguettes), Djelfa (139.364 baguettes), Annaba (118.680 baguettes), Tébessa (115.152 baguettes et Oran (108.200 baguettes).

Dans ce contexte, le ministère a rappelé que l’Algérie a importé de grandes quantités de blé tendre, en vue d’assurer la production de la semoule destinée à la boulangerie. Ainsi, le pays a importé en 2017 une quantité de 6.832.777 tonnes, soit 1,4 Mds USD, 7.719.399 tonnes, soit 1,6 Mds USD en 2018 et 5.800.844 tonnes, soit 1,3 Mds USD en 2019. Le ministère du Commerce a invité les citoyens à faire preuve de responsabilité et à s’abstenir de tout achat excessif du pain. ½ Les Algériens figurent parmi les peuples les plus consommateurs de pain, notamment pendant le mois de Ramadhan, ce qui accentue le gaspillage de cette précieuse denrée alimentaire en cette période», déplore le ministère qui appelle à « faire face à ce phénomène étranger à notre société, à l’islam et aux musulmans ».