Prix de l’énergie et des produits agricoles : les prévisions de la Banque mondiale

131
Siège de la Banque mondiale

La Banque Mondiale (BM) prévoit une hausse des prix du pétrole, des métaux et des produits agricoles pour les années 2021-2022, selon la dernière édition semestrielle de son rapport sur les « perspectives des marchés des matières premières ».

Les prix de l’énergie devraient atteindre cette année, des niveaux globalement supérieurs de plus d’un tiers à ceux de 2020, avec un baril de pétrole s’établissant en moyenne à 56 dollars. Les cours des métaux devraient augmenter de 30 % et les produits agricoles de 14 %, a indiqué la BM de ce rapport publié mardi. « Les prix de la quasi-totalité des produits de base sont désormais supérieurs aux niveaux précédant la crise sanitaire, sous l’effet de la reprise de l’activité économique et, dans certains cas, de facteurs liés à l’offre, en particulier en ce qui concerne le pétrole, le cuivre et certains produits alimentaires », relève la même source. Selon ce rapport, « les prix des produits de base ont continué à se redresser au premier trimestre 2021 et devraient rester proches de leurs niveaux actuels jusqu’à la fin de l’année, à la faveur du rebond de l’économie mondiale et de l’amélioration des perspectives de croissance ».

Toutefois, « ces prévisions sont fortement tributaires des progrès de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et des mesures de soutien mises en place dans les économies avancées. Elles dépendent aussi des décisions de production prises par les principaux producteurs de matières premières ». Pour les perspectives de 2022, la BM prévoit que le baril de pétrole devrait atteindre 60 dollars en moyenne, les prix des métaux devraient céder une partie des gains enregistrés cette année, à mesure que la croissance induite par les mesures de relance se tassera en 2022. Les prix des matières premières agricoles, qui ont connu une hausse soutenue cette année, devraient se stabiliser en 2022. Si les prix des matières premières alimentaires se sont récemment stabilisés à l’échelle mondiale, les répercussions de la Covid-19 sur la sécurité alimentaire, se confirment et devraient perdurer en 2021 et 2022. De plus en plus de pays sont confrontés à des niveaux croissants d’insécurité alimentaire aiguë, réduisant ainsi à néant des années de progrès en matière de développement.