Palestine : rencontre en Egypte pour dénoncer la politique expansionniste israélienne

97
Mahmoud Abbas, Roi Abdellah et El sissi au Caire

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, le roi Abdallah II de Jordanie et le chef de l’Etat égyptien, Abdelfatah al-Sissi, ont réaffirmé leur rejet des mesures israéliennes illégales qui
sapent la solution à deux Etats au conflit au Moyen-Orient et la poursuite de la politique expansionniste en Cisjordanie occupée et à El Qods-est.

Dans une déclaration finale publiée à l’issue du sommet tripartite (Palestine-Egypte-Jaordanie) qui s’est tenu jeudi dans la capitale égyptienne, le Caire, les trois dirigeants, le président Mahmoud Abbas, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et le roi de Jordanie Abdallah II, ont réaffirmé leur rejet des mesures israéliennes illégales qui sapent la solution à deux Etats, la poursuite de la construction et l’expansion des colonies en Cisjordanie occupée, y compris El Qods-est, la saisie des terres, le déplacement des Palestiniens et la démolition de leurs maisons. Les dirigeants ont affirmé en outre l’importance de la cause palestinienne, la première question arabe, les positions fermes de l’Egypte et de la Jordanie en faveur des droits justes et légitimes du peuple palestinien, notamment son droit à l’établissement de son Etat indépendant et souverain aux frontières du 4 juin 1967, avec El Qods-Est pour capitale, conformément au droit international, aux résolutions pertinentes de la légalité internationale et à l’Initiative de paix arabe.

Aussi, ils ont demandé aux responsables des trois pays de travailler ensemble pour développer une vision afin d’activer les efforts pour la reprise des négociations pour relancer le processus de paix, conformément aux résolutions de la légalité internationale et sous les auspices du Quartet international. A ce propos, les trois hommes ont affirmé que cette paix juste, globale et durable constitue un choix stratégique et une nécessité pour la paix et la sécurité régionale et internationale et que tous les efforts doivent être unis pour y parvenir, soulignant la nécessité de préserver le statu quo historique et juridique à El Qods et ses lieux saints islamiques et chrétiens, et de rejeter toutes les pratiques visant à compromettre ce statut. Au centre des discussions étaient également les derniers développements de la situation politique dans les territoires palestiniens suite à la dernière escalade en mai dernier.

A cet effet, il a été souligné la nécessité d’arrêter les pratiques qui ont conduit à cette escalade, que ce soit à El Qods-Est ou à la mosquée Al-Aqsa et la nécessité de travailler pour maintenir le calme de manière globale. Un appel a été lancé, par la même occasion, à la communauté internationale à déployer ses efforts pour atténuer la crise humanitaire dans la bande de Ghaza, en participant aux efforts de reconstruction et à soutenir l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).